Des nouvelles de la coopérative et de l’atelier de couture !

– Par Claire Scaramus, volontaire Terres Karens à Mae Woei Clo –

Bonjour à tous,

Ça y est, me revoilà pour quelques nouvelles de la coopérative de tisserandes et couturières de Mae Woei Clo City!

Des nouvelles des tisserandes

Depuis plusieurs semaines, le travail des tisserandes tourne au ralenti. Il y a le travail à la rizière bien-sur, mais surtout, tout le monde part dans la forêt à la recherche de manioc. Leur récolte est rachetée le jour-même par une famille, qui elle, les revend à la ville la plus proche, c est une source de revenu rapide pour tous. Du coup, dimanche, au rachat des tissus, résultat : cinq tissages nous reviennent (pour une trentaine auparavant) et trois femmes qui viennent pour chercher du fil pour tisser. Gloups ! Et cela, juste à la période où les commandes affluent… Il faut donc s’organiser et jouer avec le réseau des villages de la montagne.

La coopérative lance malgré-elle une nouvelle mode à Mae Woei. Je m’explique, lorsque une tisserande fait des erreurs dans le tissage du lès, elle doit racheter le fil, le retisser et du coup, ce lès loupé lui appartient. Depuis quelques temps, les femmes transforment ce lès en sarong pour leur mari. Je croise alors des hommes avec des sarongs colorés, aux rayures absolument pas traditionnelles (les lés tissés sont des rayures que les femmes ont inventées pour la coopérative, mais ne sont pas des motifs utilisés pour les vêtements Karens). De même que je me suis mise à tisser des sacs en empruntant des motifs de la coopérative, les femmes ont trouvé que c était joli et se mettent à tisser de nouveaux sacs. (D’autres infos sur le projet coopérative ici).

ImageImage

– l’apprentissage du tissage aux plus jeunes –

Des nouvelles des couturières

Ça y est, nous avons racheté les deux dernières machines à coudre. Dorénavant, il ne devrait plus y avoir de problème. Les conditions de travail des couturières en sont nettement améliorées ainsi que la qualité de leur travail. Bleshri se met aussi à l’apprentissage de la couture puisque les anciennes machines sont maintenant disponibles. C’est une bonne chose puisqu’elle sera amenée à juger de la qualité de la production. En même temps, elle continue à se former à la gestion de la coopérative.

Les couturières sont autonomes ! Dernière étape de leur apprentissage, je leur ai demandé de coudre des produits de leur choix avec tissus de leur choix en mon absence. A mon retour, le bilan est très positif : elles ont bien compris l’harmonisation des couleurs (au goût des occidentaux !), ont choisi des produits pas très faciles et la qualité est bonne. Bref, elles se lancent et se débrouillent comme des chefs ! Lorsque je suis à l’atelier, nous en profitons pour apprendre à créer de nouveaux produits.

Dans un mois, leur formation touchera à sa fin. Ma mission se termine et elles devront alors poursuivre leur travail seules. J’ai confiance en elles et ça aura été une grande chance pour moi de travailler avec ce groupe qui a appris vite et qui a montré sans relâche motivation, engagement et application. Mais ça aura été avant tout une belle aventure humaine avec des liens forts qui se sont tissés. (Plus d’infos sur l’atelier de couture ici).

Image

Publicités

A la découverte du Siège Asie de Terres Karens : Mae Sot City.

Il est 6h22 quand l’hôtesse dans son tailleur pas du tout taillé à sa taille vous tapote sur l’épaule avec un grand sourire pour vous réveiller. Elle vous invite à descendre du bus. Ce réveil vous l’avez déjà vécu lorsque vous aviez 5 ans. A la fin d’un voyage de nuit familial en voiture, on vous arrache votre doudou et votre sommeil, vous grommelez, on vous dit que le voyage est fini mais vous en voulez à toute la terre(s) (Karens) entière.

Vous sortez donc du bus et vous êtes agréablement surpris par la douceur du temps, loin de l’humidité de Bangkok quitté 9 heures auparavant. Vous êtes enfin arrivé à la gare de bus de Mae Sot avec ses moto-taxis, ses Sangtheo, ses pubs Pepsi et ses odeurs de poissons. Une fois votre sac sorti de la soute vous prenez un taxi-moto qui vous amène au 184 Intharakheeree Road. Il vous dépose devant un petit portail en bois après avoir traversé la ville et croisé 15 chiens errants, 3 temples bouddhistes, 7 magasins de massage, 2 thaïlandaises en pyjama et 17 moines en train de mendier leur nourriture pour la journée.

Vous poussez le portail et continuez tout droit sur 25 mètres pour tomber sur une magnifique petite maison en bois sur pilotis de 30 m² ; (roulements de tambour) vous voici enfin arriver devant le « Terres Karens Asian Head Office » !! Vous ne cachez pas votre joie et un grand sourire illumine votre visage de volontaire MEP heureux et radieux et crasseux aussi.

A l’intérieur, l’ancien couple gérant de l’exercice 2011-2012 a vraiment fait un super boulot, tout est parfaitement agencé. Dans une seule et même pièce on trouve un « espace réception » avec une table basse de 50 cm², deux sofas (coussin en fait), portrait du roi, de JP2 ; un « espace bureau » avec ordinateur, imprimante, pot à crayons et clés USB et enfin un « espace stock » avec une armoire de tissus pleine à craquer.  On trouve également dans la maison une chambre et une salle de bains ; bref le grand luxe pour une belle mission.

C’est dans cet environnement que le PDG-volontaire travaille pour l’association. Au programme : gestion des comptes, analyse financière des cours du tissu, gestion des stocks de lés, enregistrement des commandes, création de nouveaux supports de com, marketing vestimentaire, réceptions des produits et envoi à Bangkok et en France. En définitive, cette maison est une vraie plateforme pour la gestion de la production et pour l’envoi.

Si vous voulez devenir le prochain PDG de Terres Karens Asie, inscrivez-vous rapidement sur : http://volontariat.mepasie.org/.

François-Xavier Lot, PDG de Terres Karens Asie

SWAÏ – Vente privée – 13 oct. 2012

Ça y est ! On vous présente enfin SWAÏ, une collection créée par Laure Macé de Lépinay (souvenez-vous).

Vente privée le samedi 13 octobre – 10h/20h

11 rue Henri Bocquillon Paris 15e Métro Boucicaut

Venez découvrir les accessoires de mode et maison : pochettes, sacs, coussins, carnets, tabliers… tissés par les femmes Karens de Thaïlande.

Image