Exposition d’aquarelles !

Vous les avez vues fleurir sur notre site internet, vous les avez peut-être aperçues sur notre carnet de voyage électronique

Vous pourrez les admirer … en vrai ! Et même acquérir celles qui vous plaisent …

Une Exposition / Vente d’aquarelles aux Missions Etrangères de Paris !

Avec dédicace du carnet de voyage, présence de l’artiste, de l’équipe Terres Karens en France, avec une exposition, des photos, de la vannerie, des tissages ….

Le 10 mars, de 10h à 19h. Premier arrivé, premier servi !

Une exposition / vente d'aquarelles aux Missions Etrangères de Paris

Publicités

Un atelier de couture

Claire Scaramus, volontaire à MaeWoeiClo

 

 La formation Couture a commencé ! 

J’ai acheté tout le matériel pour commencer la formation (restent encore une machine à coudre, une armoire, un fer et une planche à repasser).  Mi-janvier, nous avons fait une réunion avec les femmes qui aimeraient se lancer dans la couture.  Après avoir pris connaissance du projet, des règles d’engagement… elles ont eu un temps pour réfléchir et parler ensemble, puis nous nous sommes à nouveau réunies.  Plusieurs aimeraient apprendre mais ont des enfants en bas âge avec personne pour les garder.

Pendant la réunion : “moi j’ai une question ! Est-ce qu’on pourra mâcher du bétel ? Non, mais parce que moi je ne tiendrai jamais une matinée sans chiquer !» Si ça ne tient qu’à ça … on peut chiquer !

In fine, quatre couturières : Pojimo (la chiqueuse), Tjepomo, Hkupomo et Semuklemo.

Une belle table de coupe a été faite par Emoupah ; nous avons acheté en plus une grande armoire de rangement à un thaï vendeur ambulant (visite rarissime). L’armoire a un grand miroir, quand les villageoises sont venues le dimanche chercher du fil, toutes riaient de se voir, parfois peut-être pour la première fois, en pied dans notre armoire !

Toutes sont très motivées, ponctuelles, appliquées, engagées. Un début qui promet.

Pourquoi une formation couture ? 

La création d’un atelier de couture au sein de la coopérative répond à des besoins locaux forts :

  1. Minimiser les coûts de la coopérative et les délais de production : la transformation des tissus se fait sur place, et la coopérative économise le temps et l’argent qu’elle investit pour se rendre à MaeSaï.
  2. Proposer une formation professionnalisante à des jeunes femmes : contrairement au tissage, la couture leur permet d’acquérir un savoir faire professionnel qu’elles pourront valoriser dans la vallée, si elles éprouvent le désir de quitter leur village.
  3. Participer à la pérennité de la coopérative : la coopérative internalise la transformation des tissus, et s’affranchit d’un intermédiaire extérieur. Le projet d’atelier de couture contribue à valoriser les savoir-faire traditionnels (le tissage) et à proposer de nouvelles sources de revenus aux femmes.
  4. Favoriser le lien social : les plus jeunes transforment le tissu de leurs mères ou de leurs grands-mères.

Cinq personnes … c’est tout ? 

Le projet est testé à une micro-échelle pendant un an. C’est de cette manière que nous aimons développer de nos projets : si le projet répond à un besoin fort, il se développera ; si c’est une erreur d’appréciation, il ne se poursuivra pas, et les dépenses auront été minimisées.

En savoir plus sur l’atelier de couture …


Elections présidentielles (de janvier)

Chassez le naturel (karen), il revient au galop (ou en ski)

2012, c’est certes l’année des élections présidentielles en France mais c’est aussi et surtout le renouvellement du bureau Terres Karens. 

Nous nous sommes réunis à Lyon le week-end des 22 et 23 janvier pour l’Assemblée Générale de l’association. Après avoir profité de la neige des stations de ski des Alpes et des fameux bouchons lyonnais le samedi, nous nous sommes mis au travail le dimanche. Au programme : le bilan de l’année écoulée et l’élection du nouveau bureau.

Nouveau bilan, nouveau programme :

Aujourd’hui, Terres Karens, c’est

Et beaucoup de promesses ….

Nos objectifs pour cette année :

On élit un nouveau bureau, avec une participation et des scores jamais vus !

Avec une participation de 100% et un score de 100%, voici la composition du nouveau bureau pour les six mois à venir :

  • Président : Alexis Balmont
  • Vice-Président : Matthieu Grzybowski
  • Trésorier : Arnaud Mailhos
  • Secrétaire Générale : Clélia Piquin

Le retour d’un volontaire…Il ne reste qu’un rêve ?

Avant de partir…

Avant de partir, j’avais presque plus d’appréhension pour le retour en France, que pour ma mission en elle-même. Evidemment, on glane des informations auprès des volontaires qui reviennent tout juste et on les voit plein de mélancolie, un peu perdus, sans patrie parfois…

Avant de partir donc, on se dit que la seule difficulté sera le retour en France. On s’imagine déjà traverser notre pays comme un étranger, parler à ses amis de choses nous paraissant vaines et absurdes… En bref on s’attend à subir la somme de tous les symptômes (seulement négatifs) du retour de voyage.

Rassurez-vous il n’en est rien… Notre chère nourriture, nos débats interminables, nos diners familiaux, nos sorties, aussi éphémères soient-elles, sont autant de manques quand on est loin, qui se retrouvent avec joie ! On en est presque déçu : « Mais enfin j’ai côtoyé la pauvreté… Je devrais être dégouté par la richesse… J’ai vécu des choses indescriptibles…Je devrais être rongé par la mélancolie ! ».

Loin de moi l’idée que 6 mois de péripéties ne laissent pas de marques, mais elles ne sont pas de la même nature que celles dont on a pu me faire imaginer et anticiper la douleur.

Les fruits du don…

Le fait de vivre dans un milieu étranger et exigeant nous permet de faire l’expérience de notre pauvreté. De cette situation, nous obligeant à l’humilité, découlent deux fruits immenses :

  1. Nous relativisons totalement la valeur de nos compétences et savoir-faire : Etudes, qualités… tout cela n’a plus vraiment de valeur. Nous sommes servis par les mêmes gens que nous voulions aider. Dans un second temps alors, nous pouvons nous donner, mais non plus en apportant compétences et savoirs, mais en se donnant nous-mêmes en tant que personne.
  2. Nous nous oublions totalement. Le fait de se mettre au service de quelqu’un permet, inconsciemment, d’oublier tous les problèmes qui nous concernent et qui pour la plupart sont très vite jugés comme sans importance.

La très grande simplicité acquise par un don total à sa mission nous permet de revenir transformés intérieurement et calmes, mais alors calmes… La vraie paix intérieure !

Subsiste le rêve…

L’expérience de 2, 6 ou 12 mois, est bien trop différente de tout ce qu’on a pu vivre en France pour établir des comparaisons. Il en résulte que le souvenir se disperse à une rapidité fulgurante. On se raccroche alors à des événements précis et on finit par se demander s’ils sont bien arrivés, ou si, du moins, ils NOUS sont arrivés ! La mission devient un rêve un peu trop réaliste, duquel on se réveille embrumé, ne sachant plus ce qui tient du rêve ou de la réalité.

Chers sages dont la mémoire fait défaut, sachez que tous les jeunes volontaires savent ce que vous ressentez !!

 


Suivez l’aventure … en direct !

Terres Karens, c’est la caisse de résonance des projets de ceux qui partent un mois, deux mois, six mois ou un an dans les villages karens du Nord-Ouest de la Thaïlande, en Asie du Sud-Est.

Ils sont envoyés par les Missions Etrangères de Paris ou par Enfants du Mekong, pour vivre et travailler avec les karens, qui leur ouvrent leurs maisons et leurs coeurs.

Certains enseignent l’anglais, d’autres sont responsables de parrainages, les troisièmes développent des projets économiques … Tous ont à coeur de mettre leur présence et leurs compétences au service des familles karens, et de vivre une expérience humaine hors-du-commun.

De retour en France, beaucoup continuent d’aider les communautés qui les ont accueillis, en donnant de la résonance au travail de ceux qui leur succèdent et des conseils à ceux qui partent, ou en se mobilisant pour des projets qui soutiennent concrètement les villages karens : commerce équitable, recherche de fonds …

Terres Karens est un cadre juridique, administratif et humain qui leur permet d’entreprendre. Une association portée en France par des anciens volontaires, au service de ceux qui sont sur le terrain.

Dans ce blog, vous trouverez les dernières nouvelles des projets Terres Karens, mais aussi des anecdotes de terrain, des articles sur la culture karen, des billets d’humeur de volontaires …

De quoi suivre l’aventure … en direct !